Le coup de coeur du mercredi pour Happy Socks

Inventées en 2008 par deux Suédois plein d’humour, ces chaussettes créatives et abordables sont déjà distribuées dans 50 pays.

Comment l’aventure a-t-elle commencé?

En 2008, Viktor Tell, graphiste, et Mikael Söderlindh, publicitaire, décident de lancer leur marque de chaussettes. Viktor Tell prend en charge la création des produits, tandis que Mikael Södernindh se concentre sur la gestion. Tous deux n’obéissent qu’à un seul mot d’ordre: travailler en s’amusant. Une bonne humeur qui transparaît tant dans le style graphique des modèles que dans la typographie tout en rondeurs du logo.

Pourquoi ça marche?

Derrière l’absence de prétention, le duo cache une exigence certaine, doublée d’un sens aigu du marketing. Alors que jusque là, les chaussettes sont le plus souvent reléguées au rang de commodité, eux choisissent de les positionner comme un accessoire de mode. Le packaging est soigné, tout comme la distribution:

Pour des questions d’image, plutôt que d’être dès le départ vendus dans un maximum de points de vente, nous avons privilégié les magasins multimarques les plus emblématiques, Colette à Paris, Corso Como à Milan, Opening Ceremony à New York et Tokyo.

Une stratégie qui a fait ses preuves auprès des branchés du monde entier.

Qui la porte?

Des garçons et des filles qui souhaitent se distinguer. « La plupart du temps, une chaussette se réduit à une parcelle de couleur aperçue entre une chaussure et un pantalon sombre. C’est un détail, mais un détail révélateur de notre personnalité » précise Viktor Tell. Les clients de Happy Socks sont donc aussi bien des fans de mode adeptes de motifs exubérants que des discrets en quête d’un brin de fantaisie.

On l’adopte?

A 7 euros la paire de chaussettes originales, on aurait tort d’hésiter. A pois, à rayures ou à motifs optiques, en coton ou en cachemire, montantes ou socquettes, il y a forcément un modèle à notre goût, pourvu qu’on aime les couleurs. Côté collants, on craque pour la version tie and dye pas trash (collants Batik, 18 euros).

Où la trouve-t-on?

Au Bon Marché, sur leur e-shop (livraison gratuite en France à partir de quatre paires commandées) ainsi que dans une douzaine de points de vente en France (voir la liste complète).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s